Boucheron Femme fête Noël dans une robe noire laquée...
 

Première maison à prendre ses quartiers Place Vendôme en 1893, Boucheron avait choisi méticuleusement son adresse.
C’est en effet au n°26 que la lumière est la plus présente, la plus à même de sublimer métaux précieux et gemmes d’exception.
Ce fabuleux rayonnement guide aussi le parfum Boucheron Femme, cette éclatante parure de peau, la fragrance illumine le flacon.
 
La formule de la fragrance mythique de 1988 déploie une partition ciselée tel le plus raffiné des joyaux. Doucement mis en lumière
par une mandarine cristalline et la tendre fleur d’oranger, un coeur de corolles blanches insuffle une volupté inouïe au sillage.
Un tourbillon de pétales, faussement immaculés, vraiment capiteux : sulfureux jasmin, ylang ylang et tubéreuse,
virevoltent sur la peau.Soudain, les vapeurs de fleurs s’embrasent, enflammées par des volutes
incandescentes de vanille ambrée, juste veloutées par un santal seconde peau.

 
Le flacon bague, tout de laque vêtu, et son drapé façonné fascine. Au centre jaillit la lumière, un faisceau de nectar ambré,
qui fait écho au bracelet or jaune enserré autour du cabochon. Pour un clair obscur d’une élégance inouïe.