Gucci Guilty, le nouveau masculin.
 

Après Gucci Guilty Femme, une fragrance destinée à l’iconoclaste qui vit sa vie à fond et à cent à l’heure,
une femme puissante fougueuse et déterminée. La femme Gucci Guilty est rejointe par son homme…
 
Son homme ?
Un jeune intrépide et doté d’un goût sans faille, un chevalier des temps modernes, débordant de charisme et extrêmement dangereux.
Il contrôle sa vie mais ne refuse rien à ses passions. Son côté hédoniste le rend tout à fait enivrant.
Il a du pouvoir parce qu’il sait que le pouvoir est un jeu, un jeu qu’il est prêt à jouer jusqu’à rencontrer l’âme sœur.
 
Ce héros prend un malin plaisir à s’affranchir de tout sentiment de culpabilité vis-à-vis de ce qu’il est.
Son incroyable confiance en lui lui permet de tenter de nouvelles expériences sans fin…
 
Il sait ce qu’il veut, ce qu’il cherche avec une détermination farouche et un charme fascinant.
Cet homme dégage un tel magnétisme que toutes les femmes tombent sous son charme…

 



Un parfum fougère contemporain, intense et original, qui joue la carte de la provocation et de la séduction.
La fragrance met les sens en éveil grâce à un cocktail entêtant de citron italien revigorant et de mandarine,
ponctué d’un écrasé de feuille verte et d’une pincée piquante de poivre rose.
Son motif central est aussi persuasif qu’une invitation murmurée à l’oreille. La fraicheur végétale de la lavande enveloppe
une note de cardamone aphrodisiaque, sur un lit étonnement tendre de fleur d’oranger et de néroli.
Enfin le patchouli, signature des parfums Gucci, se mêle au bois de cèdre et au bois de santal,
mâtinés d’ambre pour instaurer une sensualité profonde masculine.
 

Gucci Guilty pour Homme se dote d’un packaging emblématique, comme son alter ego féminin. Né de la fusion saisissante du métal tactile
et du verre anthracite, le flacon se veut aussi désirable que les derniers mocassins Gucci. Les deux G entrelacés s’ouvrent sur une essence violet clair.
 


La campagne publicitaire, réalisée par Frank Miller, met en scène un cow boy urbain indomptable (Chris Evans) arrivant dans la métropole
sur sa moto flamboyante. Les pneus crissent, la cylindrée s’arrête, il retire son casque. Tout vêtu de cuir, il entre dans un bar et reconnaît
un parfum captivant : une femme (Evan Rachel Wood), une beauté rebelle, son âme sœur. Ils ne se quittent pas des yeux, un regard qui donne
le coup d’envoi d’une nuit de plaisir. Le matin, il est parti, c’est un rebelle on ne peut plus attaché à sa liberté…
Mert & Mezrcus signent le visuel presse, des photos sensuelles et sans complexes.