Les idylles ont un parfum particulier…
Celui de la rencontre du parfumeur avec ses inspirations, d’une peau avec son sillage.
Ou encore de celui qui s’en approche en fermant doucement les yeux.
Il est marqué au coeur, les premiers émois sont là, l’idylle fait ses premiers pas.

Aussi, avec passion et talent, Thierry Wasser a puisé dans le bouquet originel d’Idylle ce que
les fleurs et autres merveilles olfactives offrent en sillage quand elles sont sublimées deux par deux.
 
En 2011, il y eu celui de la rose et du patchouli, un jeu d’émotions tout en clair-obscur où la belle déploie
ses charmes parfumés de pétales et de sensualité quand le beau ténébreux boisé, à son contact, vibre avec intensité.

Pour ce second poème olfactif, le parfumeur a choisi l’alchimie troublante de deux fleurs blanches issues du bouquet, le jasmin et le lilas blanc.
 
Il fallait une audace toute particulière pour dire en senteur les multiples visages de la femme Idylle.
Cette héroïne qui porte en elle toute la complexité et les mystères de la féminité selon Guerlain.


Dans Idylle Duet, le lilas blanc vient d’emblée donner le premier mot.
Sur un ton fusant, de sa voix pétillante où les tonalités vertes comme sa tige ont les faveurs du parfumeur.
Il les a voulues légères et transparentes pour traduire en odeur la pureté et la délicatesse de ces fleurs.
Mais aussi pour semer le trouble quand le jasmin sambac prend la parole.
Ses facettes miellées, suaves comme une voix chaude et envoûtante, ont la sensualité presque sulfureuse de l’autre visage des fleurs blanches.
Jasmin et lilas blanc dévoilent leur complexité, soutenus par la rose et l’accord musqué et boisé qui signe le sillage chypré cher à Idylle.
Le duo est inattendu, leur séduction a eu le dernier mot, elle laisse sans voix…
 
Le fragrance se love dans l’écrin magique du parfum Idylle figurant une goutte d’or liquide.