Quand les vêtements se tranforment en parfum...



Ondoyantes, limpides et lumineuses, les eaux ont signé les premiers pas d’Issey Miyake en parfumerie tout en écrivant son histoire
dans un registre de pureté quasi conceptuelle, d’élégante simplicité. Si une facette de la création du créateur japonais répond
parfaitement à ces parfums, une autre se joue sur le territoire de la gaieté, du dynamisme et des couleurs.
 
Aujourd’hui, une nouvelle grande aventure continue l’histoire de la maison et se tisse un lien précieux et étroit avec la mode :
Pleats Please se met au parfum. Un hommage est rendu à ce vêtement iconique avec une fragrance d’émotion, un hymne à la joie.
 
Suite à une rencontre avec William Forsythe et le ballet de Francfort, Pleats Please est née. En cherchant les possibilités de mouvement pour
les danseurs, la collection s’est animée et la recherche a fait évoluer le concept jusqu’à devenir un vêtement basique et intemporel, mais toujours
à la pointe de la création. Née dans la continuité de ces explorations artistiques, la ligne Pleats Please Issey Miyake est commercialisée en 1993.
 
Léger, simple à utiliser, à entretenir. Techniquement astucieux et novateur, le procédé de plissage s’effectue en fin de création. Grâce à la technologie,
le procédé de plissage confère une forme permanente au vêtement. Vêtement en 2D initialement, il se découvre en 3D une fois porté.

Si la gamme de couleurs a joué, pour les basiques, le monochrome et la sobriété ;
les collections, revisitées chaque saison, s’amusent d’imprimés colorés, ethniques, folkloriques et joyeux.


 



La fragrance se devait d’être gaie et joyeuse. L’inspiration première fut la lumière, inhérente à l’univers d’Issey Miyake, développée en reflets.
Ensuite s’est imposée l’idée de verticalité à l’image de la structure du plissé. S’ajoute ensuite le mouvement, induit par le port du plissé.
En liberté et très ciselé, le parfum est aussi traversé d’une idée de confort.
 
En tête la pétillance du nashi au goût curieux , hybride entre poire et pomme, qui s’il oscille entre les deux fruits, conserve une dominante poire.
Pour ce nouveau parfum se sont imposées l’exubérance et la générosité d’un bouquet. Dans une composition tout en délicatesse, la floralité signe
la féminité. Joyeux et optimiste le coeur suggère une délicate volupté. Fleurissent fraîche pivoine et pois de senteur. Des notes d’indol ajoutent
une touche de sensualité à fleur de peau. Le fond prolonge la voie de la douceur et se pose sur des notes boisées et vibrantes de cèdre tandis que
le patchouli, très vertical, traverse la composition. La douceur d’une voluptueuse vanille prolonge avec chaleur le sillage. Un absolu de
vanille crémeuse, la vanille blanche, vient envelopper de moelleux la fragrance avec de confortables muscs blancs.





 
Pour traduire l’idée de plissé, s’est imposée l’évidence de la géométrie d’un polyèdre à multiples facettes. Dans le flacon de verre,
les arêtes se marquent, se jouent de volumes concaves et convexes. Sur ce polyèdre, les multiples faces ondoient dans un jeu de lumière sans fin.
Pas de couleurs vives, mais de subtils reflets animés par un parfum légèrement rosé. En guise de bouchon se pose un calice de fleur,
abstraction finement plissée, symbolique fleur de couleur blanche et du tissu Pleats Please.



 
Pour dynamiser l’esprit de ce nouveau parfum, grande première chez Issey Miyake, a été tourné un film publicitaire signé d’un
des noms majeurs de la photographie contemporaine : Nick Knight. Audace, rupture et choc culturel, les nouveaux choix
de communication incarnent parfaitement la facette vibrionnante de l’univers Pleats Please.
 
Habillé de plissés de toutes les couleurs, le mannequin saute, danse, tournoie, virevolte,... Le photographe joue avec son modèle.
Les angles de vue se démultiplient pour donner à voir la magie du vêtement plissé.
Jeu sur les silhouettes, la danse met en mouvement les facettes d’un vêtement qui donne envie de bouger avec esprit et légèreté.
Avec le vent se gonflent les robes, ondoient les étoles. Le mouvement anime l’esprit du plissé...