Avant Première : Diffusion Immédiate...

Cette été, Jean Paul Gaultier vous présente sa Jungle Urbaine…

“Hot town, summer in the city... Go out and find a girl    Come-on come-on and dance all night     Despite the heat it'll be alright”
chantaient les Loovin Spoonful.

Cette année, Jean Paul Gaultier vous donne rendez-vous au beau milieu d’une jungle urbaine, une ville où la végétation,
couplée à la montée du thermomètre font grimper la tension érotique.

Classique et Le Male, les amants d’une vie, d’une nuit ou d’un été, se retrouvent à nouveau...



Sur les flacons-corps poussent feuilles exubérantes et fleurs exotiques, des lianes sauvages viennent les enlacer pour mieux les entremêler.

Une robe végétale se fond avec grâce et luxuriance sur les courbes féminines de Classique,
tandis que Le Male voit son corps d’athlète exacerbé par un « jungle look » foisonnant.

Mais qu’adviendra-t-il à la fin de l’été ?...

“And babe, don't you know it's a pity      That the days can't be like the nights      In the summer, in the city    In the summer, in the city...”

Les décors des flacons et metal can sont inspirés des imprimés du défilé prêt à porter femme été 2011 ainsi que de la suite Elle Déco
designée par Jean Paul Gaultier, où le créateur a décidé  « d’inviter  la végétation  à l’intérieur ».
Un grand jardin s’imprimait sur les murs, dessinant une jungle "vert-igineuse".

La fragrance Classique Summer
En tête, la rose flirte avec la fleur d’oranger, arrosée d’un zeste de clémentine de Sicile.
En coeur, jasmin sambac, ylang-ylang, muguet boisé et iris blanc composent un bouquet de fleurs pures.
Le fond, enivrant, mêle absolu de vanille, de musc frais et d’ambre végétal.



La fragrance Le Mâle Summer
Une sensation intense de fraîcheur, tonifiante et stimulante, immédiatement perceptible au sprayage.
Les notes fraîches et aromatiques ont été accentuées : lavande, menthe, cardamone
Les notes vertes, gazon coupé et feuillage prennent de l’assurance
Enfin, les notes de fond, vanille, musc et santal restent inchangées.
.