Découvrez le nouvel opus de la saga Jeanne Lanvin : Couture

Apôtre de l’élégance, Alber Elbaz a le don de faire rêver les jeunes filles autant que les femmes accomplies.
Des robes à l’allure courte et nette, des lignes parfaitement définies, un glamour essentiel qui accompagne la silhouette du crépuscule
jusqu’au bout de la nuit. Directement inspiré des podiums Lanvin, le nouveau parfum Jeanne Couture recèle l’éclat mode de la maison.
Un ruban gros grain autour du cou comme un clin d’oeil au noeud papillon du créateur et aux codes phares de la maison…

 

Une fragrance audacieuse à la féminité affirmée qui ose emprunter les armes de séduction de ses aînées. L’innocence juvénile
et rose poudrée fait place à l’irrévérence et à la tentation sans jamais renoncer à l’élégance si chère aux yeux de la maison.
Cette fois, notre héroïne préfère aux ballerines le vertige d’une cheville hissée sur des stilettos. Une frondeuse qui n’hésite pas
à regarder sa proie droit dans les yeux. Une égérie indisciplinée en quête d’émotions intenses.

 
Respectueux de la trame fruitée et musquée qui a fait le succès du premier opus, Jeanne Couture ose explorer de nouvelles facettes...
Dès la première inspiration, on reconnaît la framboise acidulée, déjà présente dans la version originelle.
Cependant, elle est rafraîchie d’une sensation humide. Une rosée du matin, verte et 
naturelle, issue des feuilles de violette.
Voluptueux et particulièrement sexy, le coeur de la fragrance associe les vapeurs douces d’un accord pivoine et
d’une essence rare de magnolia.  Et puis, c’est au bois de cèdre de jouer son rôle évocateur. Fusant, il s’articule
comme une colonne vertébrale évoquant une sensualité boisée qui se marie parfaitement à la rondeur des muscs
à haute dose. Derrière sa malice apparente, Jeanne Couture sait ce qu’elle veut. Et elle a bien l’intention de l’obtenir…


 


Fidèle à la silhouette élancée de Jeanne, cette nouvelle création module les effets de lumière et semble avoir infusé
dans un bain violet, comme si la couleur avait traversé le socle en verre. Ainsi, les contours du flacon se précisent,
oscillant du violet foncé jusqu’au mauve transparent. L’étiquette beige rosée est subtilement assortie
au camaïeu pourpre renforçant l’effet de la signature manuscrite Jeanne Lanvin.

 
Volontaire et déterminée, Jeanne Couture n’a pas l’intention de baisser les yeux. Shootée en noir et blanc,
l’égérie n’a pour seul vêtement que son flacon de parfum dont elle s’apprête à dégoupiller le noeud.
Un teint sans phare d’une pureté virginale qui cohabite avec l’intensité d’un regard séducteur et d’un parfum
délibérément coloré. Une campagne publicitaire qui hisse la famille de Jeanne Lanvin sur un nouvel Everest de féminité.