Accueil 
A Découvrir au plus vite...
Lancements par années
 Les Maisons 
Les Collections Exceptionnelles
Les Rencontres
Les Sagas Photos
 
Balmain
 
Pierre Balmain est né à Saint Jean de Maurienne en Savoie en 1914. Dès la fin de la guerre, après avoir fait ses classes chez les deux plus grands couturiers de l’époque, Molyneux et Lucien Lelong, il ouvre sa propre Maison de couture et s’installe Rue François 1er.

Les clientes affluent et découvrent avec ravissement cette nouvelle image de la femme. C’est une femme qui rejette les dernières traces de la guerre avec beaucoup d’insolence et de charme, qui annonce le retour à l’opulence avec des toilettes richement brodées. Bientôt s’élabore l’image d’une femme active, pétulante, soignée, élégante avec une touche de désinvolture ; c’est la naissance de la Jolie Madame qui symbolise parfaitement les années 50.

Les années 1960 sont pour Pierre Balmain l’occasion d’un renouvellement à travers l’emploi des tissus exploités selon des formes dépouillées où la structure prend tout son sens. On y voit s’opposer des formes, des styles nouveaux. C’est aussi une période faste pour le costume de scène et de théâtre. Le couturier habille de nombreuses vedettes françaises ou étrangères telles que Brigitte Bardot, Marlène Dietrich, Katherine Hepburn.

Pierre Balmain, c’est une certaine idée de l’élégance, une clientèle de reines, de princesses et de vedettes, mais c’est aussi une griffe très solidement établie dans le monde. Les années 1970 donnent naissance au prêt-à-porter qui s’implante sur le marché et donne actuellement des résultats tout à fait satisfaisants avec plus de 200 licences.

A la disparition de Pierre Balmain en 1982, Erik Mortensen, son premier assistant depuis 1951 et son plus proche collaborateur, a repris le flambeau de la Haute Couture en maintenant la tradition tout en développant et renouvelant dans le même esprit le style et la création. Ensuite Hervé Pierre, Oscar de la Renta, Gille Duffour et Laurent Mercier lui succèdent. De février 2006 à mars 2011, Christophe Decarnin a assuré la création du prêt-à-porter féminin de la Maison Balmain.

En 2011, son assistant, Olivier Rousteing le remplace. Fidèle à l’héritage de Pierre Balmain, Olivier Rousteing conserve cette manie du tailleur et sa technique irréprochable. Mais il y infuse sa sensibilité et son énergie contemporaines, au service d’une figure moderne de la mode : la Parisienne.

 


 
1947 : Vent Vert, Cannes, le Festival…
Une atmosphère particulière souffle sur la croisette. Entre stars et sunlights, le premier parfum vert voit le jour. Vent Vert naît dans l’univers d’un homme qui surprend, séduit : Pierre Balmain. Si le couturier habille corps et femmes avec sobriété et fraîcheur, son parfum sera, pour Colette, celui des diablesses de femmes. Ce fleuri vert, époustouflant et indémodable créé avec Germaine Cellier est devenu un classique qui reste une référence.

La noblesse du Galbanum, utilisé en surdosage pour la première fois, délivre avec impertinence, toute sa densité fraîche et végétale. L'alliance d'hespéridés et de Basilic mêlée à la délicatesse d'un cœur floral renforcent cet insolent, époustouflant, incisif, souffle vert. Le fond se texture par des bois crémeux et vibrants révélant un sillage puissant empreint d'authenticité et de naturalité. Un flacon en verre transparent aux arrêtes saillantes, qui se dresse, surmonté d’un bouchon incarnant des herbes folles dans le vent...



 
1953 : Jolie Madame symbolise le style Balmain.
Son succès fût à ce point immense qu’il devint la devise de l’entreprise et donna, des années durant, son nom aux collections de couture. Jolie Madame est un grand classique évocateur des années 50-60, d’un esprit couture tout empreint de nostalgie. Un hommage à la femme dans toute la splendeur de son charme, de son expérience, de son appétit de la vie. Une femme dont le sens de l’aventure lui permet d’aller jusqu’au bout de son désir ; d’accéder en toute volupté à la liberté de choisir et de dominer toutes les situations.

La fragrance est un floral-oriental. Il s’ouvre sur des notes de petitgrain, girofle et néroli. Puis le coeur est un véritable bouquet de fleurs absolue jasmin, fleur d’oranger, feuille de violette, absolue tubéreuse et lilas. Enfin la fragrance révèle des notes de mousse de chêne, essence de patchouli, tabac, cèdre. Jolie Madame se pare du flacon iconique de Balmain : un simple et élégant bloc de verre transparent, surmonté d’un bouchon rond en verre noir siglé Balmain.



 
1964 : Monsieur Balmain, l’accord parfait de l’humour et de l’élégance.
Le parfum des hommes exigeants à l’élégance naturelle qui savent associer le raffinement au confort. De la famille des hespérides, cette eau de toilette fringante, est destinée aux hommes distingués. Dès le départ, sublimé par la vivacité revigorante d'hespéridés et d'épices fraîches, la verveine saisit, signant le parfum de son énergie fusante et transversale. Le cœur magnétique contribue à jouer avec nos sens, révélant d'audacieuses tonalités aromatiques, vertes et croquantes. Quant au fond, il doit sa signature inoubliable aux vibrations boisées du Cèdre et à l'intensité de notes ambrées musquées. Le flacon et l’étui sont d’un jaune vif pour la fraîcheur et la gaîté, souligné de noir pour l’élégance.


 
1967 : Miss Balmain, un fruité chypré, tout à la fois sensuel et singulier.
Santal et ambre pour une séduction affirmée, rose pour la féminité, vétiver et patchouli pour une ténacité joliment impertinente. Miss Balmain, c’est une jeune femme sûre d’elle, entreprenante avec humour. Dynamique, enthousiaste et décidée, elle séduit par son caractère et ses pointes d’insolence. Miss Balmain se pare du flacon iconique de Balmain : un simple et élégant bloc de verre transparent, surmonté d’un bouchon rond rose siglé Balmain.


 
1979 : Ivoire, c’est le nom donné à un rêve.
Le nom d’une femme à la beauté souveraine, parée d’une soie très pâle. Croisée un instant dans l’escalier de l’Opéra, avant qu’elle ne disparaisse dans la nuit. Ivoire est l’ombre de cette vision éphémère. Cette femme a frappé Pierre Balmain avec la puissance d’une révélation. Il planera toujours un mystère autour d’Ivoire. Une légende  interrompue, l’aura d’un monde d’ailleurs, de sentiments inconnus, d’émotions au-delà de notre culture. C’est ainsi qu’est né Ivoire. Inspiré par cette même femme. Ivoire est un hommage à la beauté et à la femme.

Un parfum grave et indomptable comme le plus pur des ivoires. Ce floral boisé fruité s’ouvre sur de la mandarine, bergamote et galbanum. Puis le coeur révèle rose, jasmin, ylang ylang, iris, muguet, œillet, poivre, muscade, framboise. Enfin, Ivoire s’achève sur du vétiver, patchouli, mousse de chêne, santal, ladbanum et fève tonka. Le flacon de verre transparent aux angles arrondis est enserré dans une coque imitant l’ivoire.



 
1983 : Ebène, un hommage au roi des arbres depuis la nuit des temps, bois précieux, annonciateur de richesses, de puissance et de gloire. Une harmonie puissante de notes hespéridés et boisées, Ebène est un parfum frais et tenace. Un flacon de verre transparent en hauteur, aux angles arrondis, surmonté d’un bouchon imitant l’ébène.



 
1998 : Balmain de Balmain, la séduction, l’élégance d’une silhouette.
L’éclat, la lumière, la sensualité d’un regard. Le raffinement, la sophistication d’un geste. Un certain mélange de classicisme et de modernité dans le style. Il existe un jeu permanent entre élégance et féminité, qui entretient tout le mystère, et qui fait qu’une femme soit si complice des notes de son parfum.

Ce parfum chypré s’ouvre sur de la bergamote de Calabre, du galbanum du Moyen Orient, du poivre noir et un cassis de Bourgogne. Puis le coeur révèle un clair de jasmin, une violette de Tourette et un iris de Florence. Enfin, le fond dévoile un patchouli d’Indonésie, une mousse de chêne, un santal de Mysore et un vétiver d’Indonésie. Balmain de Balmain s'habille du flacon iconique, paré d'une étiquette bleue.



 
2009 : Ambre Gris, appelé aussi or flottant...
Il est aujourd’hui proche du mythe, un ingrédient rare et précieux à l’odeur somptueuse. Un bel oriental boisé au féminin signe un nouveau chapitre de l’histoire des parfums Balmain. Un parfum de caractère. Dès le départ, la chaleur des épices donnent le tempo puis s'adoucie par les caresses voluptueuses de la tubéreuse. Le fond doit sa signature orientale unique à l'élégante alchimie des plus belles matières premières : myrrhe, benjoin, opoponax, fève Tonka, encens. Ils font culminer la sensualité de l'ambre gris et rendent le parfum inoubliable.

Le flacon joue la géométrie, l’épure d’une maison attachée à la structure des choses. En rupture se pose un bouchon sphérique en métal scintillant, idée d’une boule tourbillonnante.



 
2010 : Carbone, une fragrance moderne et lumineuse dédiée à l'homme urbain. 
Un homme passionné de nouvelles technologies, de performance, de résistance et de légèreté. L'homme Carbone est un épicurien qui brûle d'une envie contagieuse de vivre. La résine d'elémi en tête compose un accord surprenant et vibrant, épicé et fusant. Le cœur est dominé par la feuille de violette, la figue et le vert de lierre, qui créent un effet vert, concentré d'élégance, de raffinement et de modernité. Le fond condense un accord intense et texturé, riche en sensualité grâce aux notes de benjoin, et de musk. Le vétiver vient parfaire cette touche masculine. Un simple bloc de verre transparent pour écrin, surmonté d’un bouchon en bois.

 
2012 : Ivoire revient sur le devant de la scène...
Après un long et passionnant travail d’archives, la maison Balmain a exhumé une belle endormie, un must de la parfumerie des années 1980 : Ivoire. On se souvient de l’histoire si poétique de cette fragrance, la dernière lancée sous l’ère de Monsieur Balmain. Fin de la décennie 70’s : le couturier croise, un soir, au pied de l’escalier de l’Opéra, une inconnue d’une beauté souveraine drapée dans une robe de soie pâle. Il lui dédie Ivoire.



 
Palmiers, Cadillac, murs aux couleurs dévorées par le soleil plantent ce nouvceau décor : Miami. Sa chaleur, ses influences cubaines délicieuses, la beauté du quartier Art Déco, son énergie, son optimisme.


 
Sophistiquée mais toujours rock, allurée avec impertinence, la fille Balmain sait conjuguer audace et élégance. Elle aime provoquer, rompre avec les codes et les conventions. Elle ne laisse personne indifférent sur son passage... Extatic, tel est son parfum. Explosif, exaltant, excitant, extrême, un parfum à son image.
 


 


 


 





 

 
 
Afficher la suite de cette page