Accueil 
A Découvrir au plus vite...
Lancements par années
 Les Maisons 
Les Collections Exceptionnelles
Les Rencontres
Les Sagas Photos
 
Jean Patou

 
Jean Patou naît le 27 septembre 1887, d’un père tanneur. Il grandit dans une famille aisée et découvre dès son plus jeune âge le monde du luxe, de la fourrure et de la Haute Couture. A 23 ans, il se lance dans un premier projet de magasin de vêtements et de fourrures mais il échoue. Cependant, il retente sa chance, deux ans plus tard, en ouvrant la Maison Parry qui commercialise des tailleurs, robes et fourrures pour une clientèle assez aisée.

En 1914, il ouvre sa propre Maison de Couture. Mais il est contraint d'abandonner ses projets le temps de servir son pays pendant la première guerre mondiale. A la fin de la guerre, Jean Patou décide de revenir à Paris pour continuer ses projets. Son succès dans le milieu de la mode de luxe est immédiat, des magasins ouvrent dans la France entière.
 
1923, il se lance dans la parfumerie. Le succès est fulgurant, son activité de parfumeur s'avère être très rentable pour la marque. Sa renommée et ses commandes grandissent de jour en jour mais sa maison de Haute-couture ne suit pas le rythme et est abandonnée quelques décennies plus tard. Jean Patou disparaît d'une crise d'apoplexie en 1936 et ses successeurs continuent à faire perdurer la marque Jean Patou, sa maison emploie alors plus de 1000 personnes.
 
En 1980, le petit-neveu de Jean Patou, reprend les rênes de la maison. En 1982, il rachète la filiale américaine, vendue en 1966 au groupe américain Borden et ouvre des filiales à Panama, Milan, Londre et Genève. Pour répondre aux souhaits d'une clientèle nostalgique, il décide de rééditer en 1984 douze anciens grands parfums.
 
Aujourd’hui, seulement les Parfums Jean Patou subsistent, après avoir été rachetés par Procter&Gamble, ils sont désormais la propriété du groupe Designer Parfums qui souhaite relancer les collections de mode Jean Patou.
 
 
1923 : Amour-Amour, Que sais-je ? et Adieu Sagesse, les trois premiers parfums de Jean Patou, réédités pour les 100 ans de la maison.
Amour-Amour, proposé lors de l'Exposition Internationale des Arts Décoratifs et Industriels, est destiné aux blondes sensuelles. Que sais-je ? est réservé aux brunes et Adieu Sagesse, aux rousses. Les trois flacons, dessinés par l'architecte décorateur Louis Süe et le dessinateur André Mare, se parent d'un bouchon en forme de pomme de framboise.



 
1927 : L'Huile de Chaldée, la première huile solaire qui protège l'épiderme et atténue les coups de soleil.
Aux recettes pour éclaircir le teint, signe jadis de distinction, succèdent les recettes pour brunir. Les valeurs s'inversent : une peau bronzée devient le symbole d'une vie moderne, un signe extérieur de richesse qui prouve qu'on a les moyens de partir en vacances.

 
1929 : Moment Suprême, composé par Henri Alméras, le premier nez maison et le plus célèbre parfumeur grassois qui fit ses premières armes chez Paul Poiret.


 
1929 : Le Sien, le premier parfum unisexe pour lequel Jean Patou voulait un parfum à dominante masculine,
frais, tonique, convenant parfaitement aux hommes, mais également aux femmes résolument modernes
qui jouent au golf, fument et conduisent à cent vingt kilomètres/heure.

 
1930 : Joy, le parfum le plus cher du monde.
Un somptueux bouquet aux fragrances les plus rares et les plus précieuses fondé sur un accord très riche de jasmin de Grasse, de rose de mai de Grasse et de rose de Bulgarie. Son accord unique de rose de mai et de jasmin nécessite 10 600 fleurs de jasmin et 28 douzaines de rose!

 

 

 
1930 : Cocktail dry, Cocktail sweet et Cocktail bitter sweet. Jean Patou modifie son bar, dédié aux hommes venus,
rue Saint Florentin, accompagner leur épouse ou leur maîtresse en bar à parfums : il compose, à la demande,
en fonction de l'humeur, des activités et des vêtements de ses clientes, les jus.
 
1932 : Invitation.
 
1933 : Divine Folle.
 
1935 : Normandie, Jean Patou saisit l'occasion du lancement du paquebot Normandie en 1935 pour promouvoir ce parfum. Il offre
ce parfum, lors du voyage inaugural du Havre à New York, le 29 mai 1935, à chaque passagère de première classe, en édition limitée.

1936 : Vacances, un clin d'œil aux "congés payés".

1938 :  Colony est lancé à l’occasion de l'Exposition coloniale. Son flacon est en forme d'ananas avec un vaisseau dessiné sur l’étiquette.




 
1945 : L'Heure Attendue célèbre la fin de la guerre.

 

1956 : Lasso
 
1956 : Eau de cologne Monsieur Net, un des premiers parfums dotés, révolution pour l'époque, d'un flacon bille.
 
1964 :  Câline
 

 
1972 : 1000, le parfum somptueux, exubérant, déraisonnable.
Dix longues années de recherche seront nécessaires pour atteindre la perfection à la millième ébauche.




 
1976 : Eau de Patou, pour les femmes modernes, de plus en plus conquises par l'esprit et le style de vie sport.
Patou crée une eau fraîche, féminine et légère, pétillante et tonique. Une fragrance très agréable à porter pendant les jours d'été décontractés. La fraîcheur d'une note acidulée et fleurie, où les citrons de Sicile et les oranges de Guinée se mêlent à la rose et à l'ylang-ylang. En verre dépoli, le flacon de l'Eau de Patou a une ligne originale pyramidale. Son bouchon, orné d'un bandeau bleu, évoque l'univers marin.




 
1980, : Patou pour Homme, le premier parfum masculin : un oriental-fougère.
Pour le flacon, Serge Mansau s’inspire du flacon de Joy et le rend plus masculin, massif.

 
1984 : Réédition de douze anciens grands parfums.
Il revient à Jean Kerleo, parfumeur maison, de recréer les jus initiaux grâce aux archives de la maison.
Les parfums sont réunis sous le nom Ma Collection.




 
1987 : Ma Liberté.
Pour promouvoir cette dernière fragrance, le Quotidien de Paris avait parfumé son édition du 16 mars 1987.

1992 : Sublime, l'expression d'une femme lumineuse et rayonnante.
Un parfum qui dégage une présence caressante et captivante, comme une femme dont on ne peut détacher son regard.
Sublime, le messager d'un vrai bonheur de vivre, d'un désir gourmand de beauté et d'harmonie.




 
1995 : Voyageur, le second parfum masculin : un aromatique frais.
Le flacon s’inspire de l’édition limitée offerte aux passagères du Normandie, un flacon paquebot, modernisé.


1998 :  Patou For Ever
Avec pour slogan The discriminating perfume, sous titré "Le parfum qui choisit ses femmes", Patou donne un nouvel élan à sa vocation de parfumeur. Voluptueux par la richesse de ses composants, Patou For Ever offre une alliance de fruits et de fleurs qui rayonne sur la peau de façon unique : la rose et le jasmin se marient avec l'iris et la violette, la framboise, l'ananas et le melon. Pureté, sobriété et modernité caractérisent ce flacon coiffé d'un bouchon en verre prune souligné d'une bague dorée.



 
2002 : Enjoy témoigne de l'évolution de la femme depuis Joy.
Epanouie, séduisante, passionnée, tantôt provocante, tantôt tendre, la femme est aujourd'hui, maîtresse de son destin. Pour séduire les jeunes de 25-35 ans, Enjoy propose une note de tête à base de cassis, poire et pomme verte, une note de cœur à base d'extrait de rose de Bulgarie, de rose de Turquie et de jasmin d'Inde et une note de fond à base de patchouli, ambre, vanille et musc. Enjoy est immortalisé par la comédienne Chiara Mastroianni, photographiée en noir et blanc par Peter Lindbergh. Sur le bouchon plat, taillé selon les lignes du flacon de Joy, le monogramme estampillé du logo JP.


2006 : Sira des Indes.
Fidèle à l'esprit d'exigence et de recherche d'absolu de la maison Jean Patou, le parfumeur Jean Michel Duriez crée Sira des Indes. La fleur de champaca, délicate et orangée, originaire de Mysore en Inde est la clé de voûte de la fragrance. Sa note de magnolia miellée se pare d'accents gourmands évoluant vers un sillage de vanille et de santal. Le nom de Sira s'inspire du sera, une gourmandise indienne constituée de miel, de lait et d'épices. Mais le nom peut s'inspirer aussi de Sita, la déesse de la féminité et de la grâce.

Le parfum s'ouvre par des notes tentatrices de fruits, avec un accord gourmand de banane. Puis le champaca de Mysore révèle son caractère floral miellé, paré d'ylang et de notes lactées évoquant la prune. En fond, ambre et absolu vanille se mêlent aux notes veloutées du bois de santal, autre richesse indienne indéniable. Le flacon de Sira des Indes s’inspire des lignes pures du flacon de Joy, créé en 1929 par Louis Süe.
 
Suite au crash boursier de 1929, les clientes américaines de Jean Patou se retrouvent désargentées et ne peuvent plus s’acheter leurs robes Haute Couture. Le couturier décide alors de leur offrir un cadeau unique, un parfum de joie et d’espoir pour leur faire oublier ces moments difficiles : JOY.
 
En 2013, Joy Forever affirme que rien ne peut entamer cette joie de vivre qui se transmet de mère en fille. Joy Forever s’adresse à une femme jeune et moderne, à la classe innée pour qui dans les incertitudes de la vie, chaque moment compte, chaque opportunité doit être prise.

 

2013 : Héritage, le retour des parfums mythiques de Jean Patou.
La maison Jean Patou souhaite faire revivre ses parfums emblématiques à travers une collection prestigieuse : La Collection Héritage. Le premier chapitre de cette bibliothèque olfactive s’ouvre en 2013 sur trois magnifiques mélodies : Chaldée, Eau de Patou et Patou pour Homme.

2014 : Joy Forever prend le large avec l'eau de toilette.
En 2013, Jean Patou célébrait son retour avec Joy Forever, une création en écho au mythique Joy affirmant que rien ne peut entamer cette joie de vivre qui se transmet de mère en fille. Aujourd’hui, Jean Patou propose une nouvelle interprétation de Joy Forever, plus fraîche et légère, joyeuse et espiègle avec l’eau de toilette.
 

 

2014 : Deux Amour, Que sais-je ?, Adieu Sagesse
Pour célébrer le centenaire de la maison, Jean Patou réinvestit la rue Saint Florentin et réédite les trois premiers parfums conçus par le couturier en 1925. Alors que chaque couturier lançait son parfum, une fois de plus Jean Patou se distingue en ne lançant pas un mais trois parfums, pour parer toutes les femmes.
Aux blondes, il dédie Amour Amour, aux brunes Que Sais-Je ? et aux rousses Adieu Sagesse. Une trilogie qui raconte aussi une liaison amoureuse : Amour Amour, les premiers émois, Que Sais-Je ?, l’hésitation et Adieu Sagesse, l’abandon.

 


 






 
 

 
 
Afficher la suite de cette page