Le Bois des Fées


Postés à l’orée du bois, Elle L’Aime, Adieu Sagesse et Santal Carmin montent la garde sur la grille. Intrigant ! Un parfum de Love Story ose la franchir, nous entraînant dans son sillage vers ce monde féérique.


 
Mais une toile tendue par les racines entremêlées du lierre nous emprisonne soudain. S’y balancent Classique Intense, Jeu d’Amour et Rosa Nobile, eux aussi pris au piège. D’une élégante pirouette, Repetto s’en échappe, nous délivre et nous guide vers un chêne centenaire.


 
Nichés sur le tronc, Colonia Leather, Pure Wood et Le Mâle profitent des derniers rayons de soleil. Bercés par le bouquet de marguerites de Daisy Dreams, nous nous envolons à travers les sous-bois.

 

Entre les branches d’un arbre tombé à terre, Bleu de Chanel, Lacoste Live et Courrèges in blue ont trouvé refuge. Impatient, Shalimar nous emporte dans son Souffle de Parfum vers le tronc déraciné.


 
 
 
Dans les méandres du lierre se cachent My Burberry, Dahlia Divin et Ambre d’Elie Saab. Mais levé de bon matin, le Jour d’Hermès éclaire de ses rayons ambrés un amas de pierres tout moussu.
 


Amethyst Éclat, Dolce et L’Art de la Guerre s’y prélassent voluptueusement, lorsqu’un Vent de Folie nous porte vers une mystérieuse maison.
 
Sur ces ruines veillent Emblem, L’Homme Idéal et Man in Black, campés parmi les briques descellées. Bientôt tombe La Nuit d’Issey, nous plongeant dans le noir profond.
 
Sages gardiens de cette étrange demeure, Acquarossa, Éclat d’Arpège et Baiser Volé veillent sur l’antre des fées. Soudain le sourire de verre de La Vie est Belle se dessine sur nos lèvres et nous réveille de ce rêve enchanté, laissant intact le mystère de ce bois embaumé et de ses fées parfumées.
 
 



Photographie, Direction Artistique et Réalisation : Sylvain Berrier et Antoine Poujol